Fenty Skin : ça pique !

Rihanna est plus qu’une chanteuse au succès planétaire : elle est également une redoutable femme d’affaires, qui s’est lancée il y a quelques années dans le domaine de la beauté. Première étape : une ligne de maquillage distribuée en exclusivité par Sephora dans le monde entier, qui marche fort. Depuis quelques mois, elle s’est lancée dans le soin, avec plusieurs produits éthiques et modernes dédiés à notre visage. La cible visée est jeune, urbaine et néophyte en matière de skincare. Alors, quid de ma propre expérience ?

©️MonBazarUnlimited

Le packaging

Ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Ce parme un peu terne avec une typo blanche pas très lisible manque un chouïa de joliesse. Mais bon, on reste dans des codes qui font lien avec le skincare. Les formats proposés pour la version voyage (45 ml pour le nettoyant, 50 ml pour le toner et 30 ml pour l’hydratant) sont vraiment pratiques et permettent même de pouvoir tester sur une durée raisonnable les produits. Ni trop, ni pas assez. J’ai également beaucoup aimé le carton recyclé qui faisait office de contenant pour le set de voyage. Très sobre, très éco-friendly : cela donne bonne conscience à la consommatrice que je suis.

La philosophie du triptyque…

Rihanna souhaitait proposer une routine de base pour une cible plutôt jeune, adepte des produits 2 en 1, qualitative et pratique. Vous verrez dans ma revue qu’elle a plutôt bien respecté son cahier des charges, ce qui laisse forcément sur le bord de la route pas mal de monde. Il faut en tout cas saluer cette initiative, tout particulièrement concernant la crème hydratante au SPF 30, qui est une bonne manière de faire prendre conscience qu’une protection solaire est absolument OBLIGATOIRE, hiver comme été. A noter qu’il existe également une crème de nuit que je n’ai pas testée car ce type de produit ne fonctionne pas du tout sur moi (je suis #teamhuile).

Le parfumage…

Je suis un peu obligée d’en parler, car c’est ce qui a beaucoup fait débat à la sortie des produits (cet été aux Etats-Unis). Et en effet, il y a de quoi parler. C’est une volonté de Rihanna, pour les rendre plus sexy et ludiques, et plaire à cette fameuse cible jeune. En regardant les nombreux commentaires sur le site de Sephora, c’était a priori bien vu. Sauf que… J’en parlerai largement au cas par cas.

TOTAL CLEANS’R, le nettoyant démaquillant

©️MonBazarUnlimited

C’est une produit qui m’intriguait beaucoup, car en bonne adepte du double nettoyage, je crois fort peu à un produit unique qui démaquille ET nettoie parfaitement (et ce « parfaitement » n’est pas de trop, car c’est une étape essentielle de la routine du soir). Premier souci : le tube. Enfin pas le tube en lui-même, mais le système d’ouverture-fermeture. Il plait beaucoup, a priori. Désolée, je le trouve vraiment peu pratique et surtout pas très hygiénique : le bouchon se visse et se dévisse, avec le produit qui sort à la surface via l’orifice. Et à chaque fois, il en reste à la surface… un enfer pour tout récupérer, d’autant qu’il faut obligatoirement nettoyer après, car c’est coté bouchon que vous poserez le tube dans votre salle de bains. Deuxième souci, la texture. Entre baume et lait, c’est à la fois épais mais sans vraiment de consistance. Et l’erreur à ne pas commettre, c’est d’en mettre plus que la taille d’un petit pois, car ça forme alors sur le visage un véritable gloubiboulga qui ne mousse ni ne se dilue au contact de l’eau. Car oui, il s’applique sur peau mouillée (sur peau sèche, il n’est pas assez gras pour se diffuser comme une huile démaquillante). Troisième souci, le résultat. On ne peut pas dire que je me maquille comme une voiture volée. En ce moment, c’est même service minimum : un correcteur ou anti-cernes pour le contour des yeux, du blush, un chouïa d’ombre à paupières, du mascara non waterproof et parfois un rouge à lèvres. Eh bien, il me reste systématiquement une trace de mascara (le côté légèrement panda, vois voyez ?). Et là où mon huile démaquillante vient sans souci à bout de mes rouges à lèvres longue tenue, il reste ici encore la trace de pigments sur mes lèvres. Et puis, la sensation une fois le produit rincé : la peau un peu rêche, comme quand vous avez effectué un nettoyage avec un produit un chouïa trop astringent. Ça tire… Sans oublier l’ultime souci, général celui-là : le parfumage ! Pour ce démaquillant-nettoyant, on prend l’acerola (cerise de la Barbade) à plein nez. Mais vraiment. Et c’est tellement dosé qu’on a juste envie de rincer illico presto le produit. Avec, en prime, un petit picotement sur les joues pas vraiment agréable.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas vraiment apprécié l’experience. Seule solution de repli : l’utiliser en deuxième étape du double nettoyage. Mais ne surtout pas le faire suivre par le produit dont je vais vous parler maintenant, sinon…

FAT WATER, le toner-sérum…

©️MonBazarUnlimited

Parlons maintenant du produit qui m’attirait le plus dans ce trio. Après avoir lu plusieurs revues, sa texture mi-liquide, mi-gel semblait vraiment unique et hyper agréable à utiliser. Sur sa fonction, j’étais un peu plus perplexe car pour moi, toner et sérum n’ont pas la même fonction. J’attends d’un toner qu’il prépare ma peau au prochain soin, avec une action pas trop costaud pour ne pas perturber l’équilibre de ma peau. Quant au sérum, c’est un produit central de mes routines, avec un actif qui change selon les besoins, mais autour duquel je construis tout le reste. Alors combiner les deux ensemble… Mais commençons par le packaging. La version voyage est hyper simple à utiliser : un flacon doté d’un orifice qui permet de doser la quantité de produit au plus juste. Ultra pratique. Niveau texture, c’est vraiment très agréable au toucher. Un gel un chouïa liquide, mais avec de la tenue, permettant d’utiliser le produit sans coton. Là aussi c’est bien pratique. La couleur rosée est très jolie et donne envie. Bon, toujours ce maudit parfumage (encore l’acerola ?) qui ne sert vraiment à rien, si ce n’est écœurer les narines sensibles. Mais le pire arrive… Pour info, j’ai essayé les 3 produits durant plusieurs jours, chacun séparément les trois premiers jours, puis tous ensemble au quatrième. Et pour la Fat Water, ce fut le dernier : appliqué juste après le Total Cleans’r, je suis passée d’un léger picotement à un effet de brûlure qui m’a totalement paniquée. Jamais je n’avais ressenti ça ! Je me suis jetée sur mon Advanced Night Repair pour calmer la chauffe et respirer un grand coup. J’ai bien sûr arrêté là ma routine et puis j’ai regardé la liste INCI (je sais, j’aurais dû le faire avant, mais je m’étais mise en mode « test les yeux fermés »). Et là, j’ai compris : même s’il y avait de la niacinamide, de l’acide hyalutonique ou encore de l’aloe vera… on trouvait surtout de l’eau d’hamamélis en deuxième position de la composition ! Sans doute l’un des composants qui provoque le plus de réactions sur les peaux sensibles. Et il n’a pas raté la mienne.

Je ne pousserai pas le suspense plus loin : la Fat Water est un grand NON pour moi. Je ne savais déjà pas comment la positionner dans ma routine. Mon premier essai, en l’ayant isolée, ne m’avait pas apporté de réponse. Le second lui a été fatal. Je laisse celles et ceux qui ont une peau en Téflon s’amuser avec. Pour les autres, désolée mais c’est à fuir !

HYDRA VIZOR, la crème hydratante SPF 30…

©️MonBazarUnlimited

Dernier produit du trio : la crème hydratante qui, en prime, vous protège du soleil. Sans doute le moins sexy sur le papier, et pourtant, c’est sans doute celui que je trouve le plus intéressant et le plus complet. Tout d’abord d’un point de vue philosophique : trop peu de personnes se protègent du soleil toute l’année. Or, ce n’est pas parce que le soleil se cache en hiver que les rayons (UVA surtout) sont en congés. Dès qu’on met le nez dehors, il faut se protéger ! SPF 30 minimum. Idéalement SPF 50 quand on a dans sa routine des AHA ou du retinol, comme dans mon cas, car ils sont photo-sensibilisants. Mais pour démarrer, quand justement la routine de soins est plutôt simple, c’est une bonne habitude à prendre. Et allier hydratant et SPF est une excellente idée. Le packaging est une fois encore très pratique. Pour la version voyage, c’est un flacon-pompe plutôt résistant, qui distribue une bonne quantité de produit. Deux à trois pompes suffisent. La texture est assez agréable, sans doute un peu trop épaisse pour une utilisation en été, mais parfaite pour l’automne et le printemps. Personnellement, je la trouve peut-être un peu « just » pour l’hiver, mais ma peau a tendance à être plutôt sèche à cette période de l’année. La couleur rosée est bien trouvée, vu qu’il y a un filtre solaire ; cela permet de réduire l’effet blanchissant habituel. Pour le parfum… Bon, c’est vraiment pénible (oui, je me répète) ! Là, on est sur le melon. Cela fait tellement « fake » et surtout, cela n’apporte rien du tout à l’experience. Cela me dérange vraiment sur ce produit, car celui-ci reste sur la peau… Et cette odeur aussi. Mais j’ai envie de finir sur une bonne note quand même, car je trouve que l’Hydra Vizor est une excellente base pour le maquillage. Il unifie bien la peau, la lisse et permet donc d’appliquer facilement son fond de teint… ou même de ne pas en mettre. C’est un point qui m’a vraiment impressionnée.

Pour la fan de skincare que je suis, c’est sans doute le produit le plus intéressant. En prime, le format 50 ml est rechargeable, ce qui est eco-responsable. Le parfumage est vraiment dommage. Mais la principale raison qui ne me fera pas l’adopter au quotidien, c’est son SPF 30, pas assez élevé. Je le garde quand même sous le coude pour les jours où je reste à la maison…

©️MonBazarUnlimited

Voilà, pas simple de faire une revue de produits où la majorité des avis sont dithyrambiques… surtout quand on a pas mal de réserves. La première est clairement ce parfumage trop intense, qui fait « cheap » et accessoire. Un bon produit n’a pas besoin de ça pour être performant et agréable à appliquer. D’autant que les textures sont plutôt bien étudiées et sensorielles. Je n’ai pas non plus été convaincue par l’esprit hybride des produits. Je préfère deux produits performants qu’un seul moyen. Seul l’Hydra Vizor me semble être un bon compromis pour qui n’est pas encore converti au SPF quotidien. Le packaging ? Du bon et du moins bon, mais des formats voyage vraiment généreux et bien pensés.

Mais je ne suis pas la cible : mon quotidien, c’est des routines élaborées, mixant actifs et soins hydratants, avec une peau sensible qui vieillit lentement mais sûrement avec des besoins spécifiques. Fenty Skin est plutôt axée sur une clientèle jeune, qui se cherche un peu niveau skincare, et veut que ça aille vite sans se ruiner. Excepté pour les peaux sensibles ou à problèmes, cette ligne est faite pour eux, mais hélas pas pour moi !

Coffret Start’r Set : Total Cleans’r (45 ml), Fat Water (50 ml) et Hydra Vizor (30 ml) – 36 € chez Sephora.

[Ces trois produits sont également vendus à l’unité : Total Cleans’r (145 ml – 23 €), Fat Water (150 ml – 25 €) et Hydra Vizor (50 ml – 34 €)].

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :