Amour et 7e art…

Ne me demandez pas comment l’idée de ce billet m’est venue…
Je me suis simplement souvenue d’une conversation très romantique avec un (vieux) garçon qui ne l’était pas tant que ça, mais qui aimait bien me poser des colles. Un de ces énergumènes qui se sont nourris au questionnaire de Proust et se sont auto-diplômés psychanalystes du genre féminin.
Je ne vais pas cracher sur cet exercice de style, l’ayant plusieurs fois employé pour des interviews de joueurs, histoire de changer du sempiternel : « alors, qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir rugbyman/footballeur/(plein aux as) » ? Et il est vrai que certaines réponses vous font parfois vous interroger sur la personne en face de vous.
Je tairai, par secret professionnel, ce que l’on a parfois pu me dire en toute franchise, mais si j’avais filmé certains échanges, j’aurais eu droit à plusieurs passages au zapping…. voire au bêtisier de l’année !
Revenons à nos moutons. Ce fameux Freud du pauvre m’avait ainsi demandé quelle était pour moi la plus belle scène d’amour au cinéma. Vaste question. J’écartais déjà l’hypothèse Rocco Siffredi : de toute façon, je ne connais pas les titres de ses films.
J’essayais de faire monter dans mon cerveau tout un patchwork de scènes marquantes, histoire de trier dans ma mémoire cinématographique et de répondre à la fameuse question. Puis d’un coup, le flash.
Ce merveilleux film d’Anthony Minghella, qui nous à toutes fait fondre en larmes, et que je n’arrive même plus à regarder jusqu’à la fin, tant la scène où Ralph Fiennes se fait arrêter par les soldats allemands… et tout ce qui s’en suit, est devenu insupportable au cœur si romantique et idéaliste qu’est le mien.
Je parle bien entendu du « Patient Anglais ». Et il s’y trouve une scène absolument magnifique, où Juliette Binoche, dont je ne suis pourtant pas très fan, nous fait partager un moment fabuleux par pellicule interposée, ce que j’appelle une sublime déclaration d’amour…
Pas d’érotisme, mais de l’Art, pas de projecteur impudique mais la douce lumière d’une torche, et pas de rentre-dedans vulgaire de la part du monsieur… juste la magie de l’amour.
Quand, en prime, la bande sonore accompagne ce voyage dans les profondeurs des sentiments, comment ne pas fondre ?
Allez, je vous fait partager ce petit moment de poésie…

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :