Nouvelle année, nouveaux souvenirs…

2010 s’achève… enfin !

Pourtant, rien ne va changer dans cette nuit du 31 décembre au 1er janvier. Les cons resteront des cons, les crapauds ne se transformeront pas en princes charmants et les TGV Paris-Perpignan-Paris auront toujours autant de mal à faire le parcours sans encombres. La frontière symbolique entre aujourd’hui et demain est totale, et c’est finalement dans nos têtes que tout se joue.

Que faire alors ? Enterrer vite fait bien fait cette pénible année 2010 ? Je ne connais pas grand monde dans mon entourage qui en gardera un souvenir ému. Des larmes, oui, il y en a eu, mais des sanglots dus aux épreuves, au découragement, à la faculté qu’a la vie, parfois, de vous coller des embûches quand vous pensiez avoir passé un bon coup de sécateur sur vos soucis.

Une année 2010 pleine d’imprévus, de batailles à mener, de victoires à attendre et de patience à trouver. Une année structurante, mais toutefois pas constructive, ou alors en douce, bien planquée sous le quotidien chaotique. Des leçons à retenir en tout cas, des renoncements à accepter, des trahisons à digérer, des mains tendues à ne surtout pas oublier.

Une année où il a fallu savoir passer les vitesses sans noyer le moteur, sans caler, si possible de la seconde à la cinquième en 2 secondes chrono, pour ensuite vite ralentir, se garer, et attendre de reprendre la route, valise à la main, espoir au coeur.

Une année de surprises, où l’on pensait avoir fait le tour de ce que l’on était, et où l’on se découvre différente, prête à de nouveaux paris, à 180 degrés de ce que l’on se sentait capable de faire. Des remises en question, des envies bien enfouies à déterrer, des attachements à arracher… Se transformer, accepter la mutation, devenir adulte, en tout cas son propre soi et ne plus être le personnage qu’on a voulu faire de vous.

 
Une année qui aurait pu être fatale, s’il n’y avait pas eu les autres. La mère, les ami(e)s, les ennemi(e)s, les rencontres, les rejets. Apprendre à demander, ne pas oublier de remercier. Accepter de se reconstruire, repousser ce qui nous pèse. Sourire à ceux qui prennent soin de vous, qui vous parlent, ou qui savent aussi se taire. Passer son chemin face à ceux qui ne vous écoutent pas, vous font la morale, vous toisent du haut de leur vie parfaite qui sonne pourtant si creux.
 
 
2010 ? Une année de patience, de révélations, et de petites graines qui ne demandent qu’à pousser. Ne surtout pas s’aigrir des malheurs passés, ni s’appesantir sur les incompréhensions, les couteaux dans le dos, et les portes claquées au nez. En retirer au contraire toute la sagesse qu’il en découle. Apprendre enfin à s’écouter, à écouter les autres, à suivre sa voix, à croire en soi, à ceux qu’on aime, et se souvenir qu’il y a des chemins abrupts à ne plus emprunter… On a déjà donné !
Le passage en 2011 n’est qu’une étape symbolique dans ce perpétuel apprentissage qu’est la vie. Les erreurs seront toujours là, les déceptions aussi. Mais la connaissance de soi, tourner le dos à ce qui ne nous convient plus, s’ouvrir à des horizons forcément inconnus, mais certainement pleins de belles surprises, voilà ce vers quoi il faut aller. Passer un nouveau cap dans une vie déjà bien remplie, mais dont on se rend compte qu’elle ne fait que commencer..
Bienvenue à 2011 !
 
Et bye-bye 2010 ! 😉 ©MBazU
 

2 Commentaires

  1. Voilà, c'est ça, moi, pour 2011, je veuw devenir ma propre « moi », et pas ce que les autres ont essayé plus tôt dans ma vie de faire de moi…merci Emmanuelle! Bonne année à toi, elle ne peut être que scintillante après 2010. Bisous réconfortants!

    J'aime

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :