Olfactive Studio, opus 5…

Difficile aujourd’hui pour le monde du parfum d’exister et de résister face à cette méchante culture du « it-truc » qui annihile nos envies spontanées, et nous en créent de préfabriquées. Ne parlons pas du « mainstream », ce terme qui englobe les marques que vous trouvez un peu partout dans les grands magasins, les boutiques spécialisées ou les duty-free d’aéroports. Ce mainstream a depuis longtemps pris le parti de nous vendre un flacon plutôt qu’un parfum, un concept commercial plutôt qu’une histoire… Un produit plutôt qu’un plaisir.

Parfois, même la parfumerie de niche prend le pas… En tout cas, certains se risquent aujourd’hui à multiplier les sorties et à nous faire perdre le fil de leur source créative. Du neuf, vite, pour ne pas être oublié du marché, et en nombre, pour toucher un maximum de clientèle. Il faut dire que chaque mois, quasiment, une nouvelle marque voit le jour…. pour autant qui meurent à petit feu.

Pour exister et résister, la vraie recette consiste à savoir se différencier en voyant large sans pour autant se perdre. Définir un concept, un charisme, un univers… puis croiser les doigts pour que le message fasse mouche !

©MBazU

©MBazU

Olfactive Studio a ainsi su prendre à rebours, dès le départ, les habitudes des perfumistas les plus blasées. Céline Verleure, sa créatrice, s’est lancée dans une démarche originale, voire risquée, mais dont la finalité est claire : provoquer le déclic de notre nez en éveillant notre regard. Cette professionnelle du marketing, experte du parfum (elle a entre autres travaillé pour Kenzo), a tout d’abord changé le point de départ de sa réflexion. Sans s’appuyer sur un cahier des charges profilé en direction d’une cible précise. Encore moins la mise en vedette d’une matière première à la mode.

Car le concept-même d’Olfactive Studio, c’est de faire naître la source de ses parfums par le biais de l’image ; une photo « oeuvre d’art » en noir et blanc devient la feuille blanche du « nez » invité à créer à partir de cette muse graphique. A lui de s’inspirer de l’oeuvre, de sa lecture émotive et artistique, pour en créer une interprétation olfactive unique. Pour faire de la photo et du parfum, couple improbable, une alliance de sens et d’imaginaire.

Cet exercice de style, inédit, a rapidement trouvé son public, et a su créer une communauté de fidèles à l’échelle internationale. Still Life, Autoportrait et Chambre Noire (que j’ai d’ailleurs adopté) sont ainsi sortis en 2011. Est arrivée ensuite Lumière Blanche, en 2012… et désormais Flash Back, dont la sortie est programmée le 21 mars 2013… premier jour du printemps !

©Laurent Segretier

©Laurent Segretier

Parlons de la photographie, tout d’abord. Le Flash Back de Laurent Segretier est une interprétation de la connivence entre passé et futur, un moment stoppée par une image mise sur le mode pause, intensément pixelisée pour laisser passer des traits de lumières qui auraient été invisibles sur une photo « classique ». Un portrait de femme que l’on devine pensive, peut-être en réflexion avec son passé et l’avenir qui va en découler, s’arrêtant un moment sur le tourbillon de sa vie version XXIe siècle désormais imagée en mode numérique. Mouvement immobile d’une pensée en pleine exploration, Flash Back ouvre une porte à l’imaginaire dans un dégradé noir et blanc.

Flash Back, le parfum, tranche singulièrement des précédentes créations d’Olfactive Studio. C’est sans doute le plus masculin de tous. Céline Verleure a fait appel à Olivier Cresp, un « nez » prestigieux avec qui elle avait déjà collaboré à son époque Kenzo, donnant ainsi naissance à L’Eau. Le créateur a également signé de nombreux parfums devenus des classiques, tels Angel (Mugler), Midnight Poison (Dior) ou Nina (Nina Ricci,), entre autres.
Flash Back est un vétiver, à la fois doux et intense. Boisé, agrumé, un brin sucré… Le parfum en lui-même est d’une grande douceur dans les premières minutes ; on pourrait même croire qu’il va s’évanouir le temps de laisser s’échapper cette note de vétiver qui en est sa signature. Mais c’est là où le Parfum avec un grand P se différencie des jus (souvent de chaussette) que l’on nous colle en page de pub dans les magazines. Car la construction de Flash Back joue sur la patience, sur une lente montée émotionnelle et sensorielle, comme une écharpe en lin qui glisserait voluptueusement sur la peau nue.

Le vétiver prend ainsi naissance sur une note boisée qui rassure les plus classiques d’entre nous mais, chaleur de la peau aidant, il se pique alors d’acidité et de rondeur. Un coup d’agrumes, une tournée d’ambre et de muscs, le tout saupoudré d’une pointe de poivre… Déstabilisant mais sacrément attirant. On ne se lasse plus de coller le nez à sa peau et d’accompagner toutes les facettes de ce parfum très classieux qui tenterait plus d’un dandy. Plutôt rond, il est à la fois frais et chaud, tout à fait sortable quand les températures sont au plus bas et que l’on a envie de créer son propre soleil. Sans nul doute proposera t-il de nouvelles facettes quand la météo sera à l’heure d’été… Ce sera la surprise…

La photo, et son parfum... ©MBazU

La photo, et son parfum… ©MBazU

Au final, sa tenue est excellente, avec un sillage qui joue la carte de la discrétion. Voilà pourquoi je le ressens de prime abord comme un parfum dédié aux hommes (ah… toujours ce bonheur de plonger le nez dans votre cou, et de se perdre dans un parfum qui se cachait là, rien que pour nous). Mais, l’ayant moi-même porté pour pouvoir mieux en parler, il accompagne volontiers, avec douceur et peps, une femme à l’humeur rêveuse…

Merci à Céline Verleure de rester fidèle à son concept d’origine, gardant toujours comme ligne conductrice la beauté des clichés, des matières et des parfums. Olfactive Studio s’est créé un joli univers où l’on aime se plonger, y mettre les yeux, le nez, et lire, au travers d’une photo, sa propre histoire.

Notes de tête – Rhubarbe, pamplemousse, orange
Notes de cœur – Poivre rose, pomme Granny Smith
Notes de fond – Vétiver, cèdre, ambre, muscs

Disponible à partir du 21 mars 2013 en 50 ml (85€) et 100 ml (125€) chez mes camarades Marie Antoinette (5 rue d’Ormesson, Paris 4e) et Jovoy (4 rue de Castiglione, Paris 1er), chez Sens Unique (Paris 4e), Arôma Parfums & Soins (Paris 2e), Parfumerie Rive Droite (Levallois-Perret), ou en cliquant sur ce lien : http://www.olfactivestudio.com/store-locator

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :