Tubéreuse Quest #1

La tubéreuse est une fleur mystérieuse : d’allure virginale, elle est sans doute l’une des plus opulentes de la parfumerie, incontournable mais hélas souvent maltraitée. C’est surtout LA fleur qui est capable de me faire traverser tout Paris quand un nouvel opus lui est consacré. Alors soyons clairs : si je ne jure que par elle, je suis aussi ultra exigeante sur le traitement qui lui est consacré, ce qui est à double tranchant : coup de foudre, ou coup de colère. Il y a rarement un entre-deux ; la tubéreuse ne s’y prête pas, d’ailleurs.

J’ai donc décidé de lui ouvrir une thématique rien que pour elle, intitulée « Tubéreuse Quest », où je raconterai mes diverses aventures actuelles mais également du passé. Car il y a eu un commencement, bien sûr. Je vous en dirai plus bientôt, promis.

Aujourd’hui, place à la découverte d’une tubéreuse que je n’aurais même pas soupçonnée si je ne m’aventurais pas sur Instagram. Comme je suis devenue très Rive Droite, « home sweet home » et bureau obligent, je ne me balade que très rarement de l’autre côté de la Seine, moi qui suis pourtant si fan de longues marches dans notre si belle Capitale. Moralité, je passe à côté de belles marques et de jolies créations (ce n’est pas plus mal pour mon porte-monnaie, me direz-vous)… et c’est bien dommage !

Donc spéciale dédicace à Elsa Wolinski, que je suis sur Instagram et qui, au hasard d’un question-réponse avec un(e) abonné(e), répondait à l’interrogation fatidique : « Quel parfum portez-vous ? » par un énigmatique « une huile à la tubéreuse de l’Officine Buly ». Ding dong… « Tubéreuse« , le mot magique !!!

Pour tout vous dire, je connaissais déjà la marque (re)créée par Victoire de Taillac et Ramdane Touhami (Parfumerie Générale, Cire Trudon), deux habitués des articles élogieux dans les magazines féminins, et leur boutique germanopratine où sont proposés des produits de beauté bios et des accessoires mâtinés de vintage. Vu que l’offre est déjà conséquente de mon côté de la Seine, j’avoue que je n’avais jamais traîné dans le coin (rue Bonaparte), et encore moins étudié de près leur site web (qui n’est pas non plus le plus lisible de la sphère beauté, désolée). Je ne pensais surtout pas être la cible d’une telle boutique, assortie au quartier… Je suis quand même allée faire un tour sur www.buly1803.com histoire d’étudier d’un peu plus près la composition et surtout le prix de ladite huile pour le corps.

psx_20180827_000130

La Tubéreuse du Mexique dans toutes ses versions : huile sèche, parfum, lait, soin lavant, savon (© Officine Universelle Buly)

 

J’ai alors découvert qu’il y avait l’huile (38 €), mais également un parfum (130 €)… à base d’eau. Ouille. Moi et ma peau qui retient difficilement les parfums. Mais bon, il y avait au moins cette huile qui méritait qu’on lui donne sa chance. Alors, en route pour la rue Bonaparte.

L’Officine Universelle Buly est un très bel endroit, où le silence est la marque d’une certaine sophistication des lieux. Les créations sont présentées en thématiques : à l’entrée les bougies (et une caisse quasi invisible), puis une plus grande salle où s’additionnent les flacons au look vintage, et les accessoires qui fleurent bon le XIXe siècle. Devant vous les parfums. Sur votre gauche les huiles pour le corps, accompagnées des savons et de laits pour le corps. Les vendeuses sont toutes de noir vêtues, pas du tout envahissantes mais d’une gentillesse très chic. Bref, on est un peu intimidée dans un tel lieu, mais on s’y sent aussi très bien.

Premier réflexe : la fameuse huile. Sèche. Antique. C’est son intitulé. Dans un lourd flacon blanc surmonté d’un bouchon tout aussi imposant. La sensation sur la peau est divine. L’huile pénètre rapidement et laisse un léger reflet irisé sur la peau. On plonge le nez dedans sans pouvoir le retirer. Gagné.

Second réflexe : l’Eau Triple (le parfum, donc). Là, la séduction n’est pas immédiate. La tubéreuse lance des notes de vanille qui l’adoucissent trop, et emprisonnent son caractère. J’ai aussi dans un coin de ma tête cette composition à base d’eau qui me perturbe… J’ai l’impression que tout cela va retomber comme un soufflé. Alors, je vais voir ailleurs. J’essaye un autre parfum (Al Kassir : santal, géranium, cardamome… absolument dingo !) tout en posant régulièrement mes narines sur le poignet dédié à ma chère Tubéreuse. Et grand bien m’en a pris : au fil des minutes, elle redevenait capiteuse mais toute en rondeur, pimpée par quelques éclats de girofle. Tellement addictive !

img_20180816_091130_2941

© MonBazarUnlimited

 

Description par Buly :Jardin bleu de Persépolis, enclos de murs et d’ombres, où le parfum de la tubéreuse s’infuse dans la chaleur du soir et la chevelure noire des dieux. Fleurs lunaires d’ivoire et de nacre, fruits d’or et de rubis, coussins de cuir des vanilles, des feuilles de girofle. Calme en son bassin de jade, le ciel Lazuli se berce de la pulsation des étoiles.

Vous l’aurez deviné… J’ai finalement craqué pour l’huile ET le parfum. Et j’aurais pu faire pire, vu que c’est l’une des créations aux déclinaisons les plus nombreuses (voir plus haut).

Ultime sophistication de la Maison : personnaliser la boîte avec une étiquette calligraphiée… L’une des vendeuses le fait devant vous. Une touche chic et « so old fashioned« , mais qui fait toujours mouche sur moi. Pour une fois, j’ai gardé le packaging, tellement beau !

mde

© MonBazarUnlimited

 

Eau Triple Tubéreuse du Mexique
75 ml – 130 €

Huile Antique à la Tubéreuse du Mexique
200 ml – 38 €

Disponible via le site web : www.buly1803.com
ou dans l’une des deux boutiques parisiennes :
– 6 rue Bonaparte Paris 6e
– 45 rue de Saintonge Paris 3e
(et aussi chez Selfridges, à Londres !)

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :