Pas de 509, mais… le 29 !

Allez, histoire de clore le chapitre du « vernis de l’automne », je suis allée comme une courageuse sur le terrain tester le fameux 509 by Chanel. Et il a fallu être stratège, car la chose ne fut pas aisée, m’obligeant à faire le siège de toutes les parfumeries de Boulogne.
Il y eu d’abord Nocibé, et sa vendeuse qui m’a regardée si bizarrement quand je lui ai énoncé les trois chiffres magiques ; puis qui se détendit d’un coup quand je lui expliquais qu’il s’agissait de LA nouveauté de cet automne-hiver 2010. Toute contente, elle ouvrait alors son tiroir magique, brandissant l’objet tant convoité. « Je peux tester ? », lui demandais-je. Elle ouvrait alors l’emballage, me montrant brièvement le flaconnet, pour le remettre immédiatement à l’intérieur. Mon expression à ce moment-là a dû lui faire de l’effet, car elle me rétorqua que c’était son seul exemplaire, et donc pas un testeur. « Mais il est magnifique, achetez-le vite, il n’y en a qu’un ! »
N’aimant pas me faire forcer la main, et encore moins acheter sans essayer, je me dirigeais alors vers Marionnaud, rarement bien achalandé. « Ah, vous cherchez le 505 ? » Non, jeune fille, le 509 ! Et là, regard perdu de la damoiselle qui d’un seul coup réalisa que les compteurs Chanel étaient montés d’un cran. « Désolée, ne ne l’avons pas encore reçu ! »
Dernière étape locale chez Séphora (ma parfumerie préférée, qui elle n’est pas une chaîne, était malheureusement fermée), où la, j’ai eu droit au même cinéma de la part de la patronne, regard désobligeant en prime, comme si la pauvre fille que j’étais se trompait de numéro. Une de ses vendeuses, plus au fait de la chose, me confirmait être au courant de la sortie, mais que rien n’arriverait avant la mi-août… au mieux !

Qui me connait sait que je ne suis pas Bélier pour rien. Direction la station « Boulogne Jean-Jaurès », ligne 10, pour me rendre au Bon Marché. Peut-être que directement sur le stand de la Maison, j’aurais plus de chances ? Bien vu !
Déjà, je ne faisais pas un four en annonçant la couleur. Le 509, la jeune femme savait ce que c’était… et à son air mutin, elle sentait la Panurgie qui était (un peu) en moi ! Pourtant, patatra : « Par contre, nous ne l’aurons pas avant la mi-août » !
En pleine réflexion calendaire (mais où serais-je à la mi-août, devais-je l’acheter sans le tester chez N***, tiens, d’ailleurs, comment se faisait-il qu’ils l’avaient, eux ?), la vendeuse revint vers moi, accompagnée de sa supérieure. « Bon, on va vous le chercher en réserve et vous le montrer, mais on ne peut pas le vendre avant sa date de sortie officielle, c’est vraiment pour vous faire plaisir ! ». Quelques minutes d’attente, et j’ai même droit, après une dernière requête, de le tester sur un ongle. Bien m’en a pris…
Car au final, le 509, c’est le 505 agrémenté d’un irisé violine. Mais la base reste taupe, forcément un peu plus foncée que le best-seller de cet hiver… Très beau, très chic, très flanellisant… Mais l’impression de porter un copié-collé version hiver. Un peu déçue, forcément, mais pas tant étonnée. Ca sent le surfage sur un véritable succès et la volonté de ne pas trop prendre de risques tout en créant du nouveau. Cela me rappelle la tendance actuelle qu’ont les grands groupes de cosmétiques de nous proposer mille et une versions souvent très décevantes, histoire de nous faire ouvrir plus souvent notre portefeuille.
Sur le chemin du retour, j’en profitais pour passer devant les autres stands, à l’affût d’une éventuelle  nouveauté. Petit stop devant chez Yves Saint-Laurent, et là, d’un coup, la mémoire me revint : j’avais, il y a quelques semaines, repéré un rouge un peu brique, très proche de la couleur du flacon d’Opium. Je le reconnaissais, il était à portée de main.
N°29, Rouge Opium. Un signe…
Charmante vendeuse qui me laissait essayer plusieurs couleurs, mais mon coup de coeur était bien ancré. N°29, comme le jour de ma naissance, du même nom que le parfum que j’ai longtemps porté…
Mon vernis d’hiver sera celui-là, c’est décidé !!!
Pour savoir comment j’en suis arrivée là, faites un petit tour sur mon précédent article dédié au 509 de Chanel…

4 Commentaires

  1. Flo

    Très beau très joli !!
    Tu as bien fait…
    Je m'en vais de ce pas sur le net voir à quoi ressemble le 509. Mais le 505 tient si mal que pas envie de réinvestir ! ça va finir en Bourgeois tout ça (c'est la même maison….)
    Bravo en tous cas.
    FloF

    J'aime

  2. Merci Flo !
    Pas de souci de tenue chez moi avec le 505… En général, les Chanel me réussissent bien. Si tu peux patienter jusqu'au 16 août (ou bien tomber sur une vendeuse qui l'aura en stock), demande à essayer. Je le trouve assez sombre, et c'est pourquoi je le regarderai sur les autres.
    Conseil également : teste le YSL que je viens de m'offrir, il est vraiment magnifique !

    See you soon !

    J'aime

  3. Oy! Je dois dire que j'en suis baba, de mon beau 509! 😉
    Mais comme vous l'avez dit, c'est un taupe revisité par l'aubergine,rien à voir avec ce mauve hyper nacré qu'il donne dans le flacon – sur l'ongle, il est à peine irisé… Mais pour moi, il reste bien suffisamment différent pour justifier l'achat, ça n'est quand même pas un dupe du 505.

    Mais « Rouge Opium », ça reste bien beau, effectivement… et nettement plus que la tentative d'OPA sur la French version colorée qu'on s'apprête à nous balancer, chez YSL.
    Mais ça, c'est vraiment du subjectif, j'aime pas les French à la base, alors en version bling…. 😉

    J'aime

  4. J'imagine votre plaisir de découvrir le fameux 509 ! En effet, les photos du flacon n'ont rien à voir avec le rendu final, et c'est certainement pour cela que ma raison à repris le dessus, car je pense pouvoir obtenir un aussi joli résultat en appliquant un vernis irisé par-dessus le 505… D'autant que ce dernier rentre définitivement dans la collection Chanel, donc plus de soucis pour se réapprovisionner.
    J'aime chaque jour un peu plus ce Rouge Opium, magnifique sur une peau un peu bronzée, mais qui aura certainement beaucoup d'allure cet hiver, sur ma peau redevenue toute blanche. En prime, je peux le porter sur les ongles de la main, car sa tonalité brique ne vient pas clasher avec les grosses bagues anciennes que je porte quotidiennement.
    J'ai en effet vu ce que nous prépare YSL pour la rentrée, et si je trouve l'idée drôle, j'attends de voir le prix proposé (on parle de 49 Euros, 35 Euros, tout s'emmêle). Une fantaisie techniquement impossible à s'offrir « at home », et qui sous-entend donc de passer par une professionnelle. La note monte, monte !!!

    J'aime

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :