Huiles précieuses…

Quand la température monte, et que la peau crie au crocodile, c’est l’heure de sortir l’attirail des onguents les plus hydratants à sa portée. Aux crèmes riches et trop lourdes pour la saison estivale, on préfère s’enduire d’huile parfumée (avec paillettes pour les coquettes).

©MonBazarUltd


Sur mon étagère (de gauche à droite) :

Mini Huile divine pailletée (huile de fleur de la passion), par Sephora

Havana Blues body oil, par & other Stories

Punk Bouquet body oil, par & other Stories

Et, en garde-fou pour les nuits qui reposent, l’inévitable Mixa Intensif pour peaux sèches…

Paris au (presque) printemps…

Quel plaisir de se balader avec les lunettes de soleil sur le nez, dans l’une des plus belles villes du Monde, un dimanche où le lundi sera aussi férié…

Quelle paix de profiter un tant soit peu de la vie quand l’actualité est à ce point mortifère, quand l’horreur prend le pas sur le quotidien. Ne pas avoir peur, quelques heures au moins.

Vivre, tout simplement…

Alors, voilà mon joli Paris, en quelques images…

Crédit musique : « Talons Aiguilles » by Law’

En direct d’Instagram…

La nuit est tombée sur nos cœurs. Paris est la ville « lumière », MA ville où la beauté, les rires, l’amour et la joie sont un quotidien que j’ai l’impression, parfois, de cueillir comme un cadeau de la vie. Ce n’est pas la première fois qu’on l’a touche, qu’on l’a blesse et qu’on la tue mais toujours, elle s’est relevée. Ses enfants et ses amoureux sont dans le deuil, mais ne baissent pas les bras. Nous pleurons ses morts, tes morts… Paris, mon cœur est lourd, aujourd’hui, mais je t’aime, plus fort encore qu’hier…

2015, nouvelle année…

La vie professionnelle étant ce qu’elle est, les mois passent à une vitesse folle, l’imagination se met en temps partiel et les brouillons d’articles s’accumulent, sans parvenir à leur fin.

Seulement 2 articles écrits en 2014… Je n’en reviens pas encore. Pas en colère contre moi-même, quoique, ça ne me ferait pas de mal. Mais le signal mérite d’être pris en compte. Donc, en 2015, OK pour plus de sport (du sport tout court, en fait), pour prendre le temps de prendre soin des amis, pour prendre le temps de prendre soin de soi et, enfin, de prendre la plume du clavier un peu plus souvent. Ce ne sont pas les idées qui m’ont manquées l’an passé. L’objectif pour 2015, c’est de ne plus trainer les brouillons comme des casseroles derrière la voiture des mariés. Bref, de faire du bruit, mais pour de bonnes raisons et pas en silence.

En attendant la (re)mise en route, je vous souhaite tout le meilleur pour l’année 2015… agrémentée d’une petite carte dont le copyright principal est dû à Tristan, un chouette artiste du tattoo qui chouchoute bien nos peaux si tendres…

Happy 2015 !

©MonBazarUltd

©MonBazarUltd

Sous le signe de l’Ambre et de la cornaline…

Peu connus du grand public, les parfums de la Sultane de Saba méritent qu’on prenne le temps de faire leur connaissance. En particulier Ambre, Musc, Santal, qui parle de lui-même… Puissant, chaud et terriblement féminin, il se porte comme une parure du Moyen-Orient, imposant et chargé d’Histoire. Timides s’abstenir, car il a beaucoup de tenue et se rappelle à votre bon souvenir par de joyeux à-coups aux accents ambrés toute la journée. Le soir, les nôtres boisées du santal lui confèrent un peu plus de mystère et de chaleur… Envoûtant !
Pour lui faire honneur, des sandales noires (Promod) enfermant la cheville d’un bracelet d’esclave couleur argent.
Et au doigt, une bague ancienne (trouvée dans une boutique d’objets et bijoux tribaux à Montpellier) au corps d’argent ciselé, surmontée d’une cornaline ronde et généreuse…

20130822-144106.jpg

Copyright La Sultane de Saba, MbazU, MBazU

Le mixUnlimited du jour

Mardi 20 août 2013…

L’envie démarre toujours par le parfum.

Le Baiser du Dragon de Cartier est une alliance parfaite d’un cœur iris-vétiver-patchouli, avec ce côté garçon manqué qui lui donne à la fois du panache et du mystère…

Pour l’accompagner, des boucles d’oreilles géantes noires, à la forme inspirée du rococo, trouvées chez Other Stories, et un Panama trouvé au cœur du Marais, un dimanche de canicule…

20130820-205614.jpg

© Cartier, Other Stories, MbazU

Mon très personnel Questionnaire de Proust, version Séville…

Voilà un mois que je suis « sortie » d’une longue mission pour le constructeur des autos à losange (Renault, quoi !), une mission ambitieuse et qui a été très demandeuse en termes de temps, de patience, de sang-froid, d’implication personnelle et d’esprit d’équipe. Ce qui explique mon long silence sur ce blog, car en prime, durant cette moitié d’année, 6 semaines se sont déroulées à Séville, au coeur même de l’événement. Si 90% de mon temps a été consacré à mon travail, je ne me suis pas privée pour faire des 10% restant de beaux moments à vivre et à retenir.
Séville est une ville magnifique, à redécouvrir pour les vacances, ou un long week-end prolongé…
Voici en tout cas ce que j’ai retenu de cette mission professionnelle, et de son arrière-décor majestueux…

Un trait de caractère indispensable sur place ?
La patience…

Un qualité préférée chez un homme (ou une femme) ?
Ne pas réécrire ses textes à la dernière minute…

Un luxe ?
Faire la grasse-matinée…

Un défaut ?
Les Sévillans ne sont vraiment pas doués pour la pâtisserie…

Une occupation préférée ?
Prendre en photos la beauté architecturale de cette ville…

La Giralda ©MBazU

Un souvenir d’hôtel ?
Le jour où, entendant le sèche-cheveux, j’ai cru que je l’avais allumé sans faire attention. C’était tout simplement ma voisine de chambre qui faisait son brushing. Ah, les murs du Tryp Macarena !

Le rêve de bonheur ?
Habiter ce magnifique dernier étage, collé à l’hôtel Eme, et qui a une vue imprenable sur la Cathédrale…

©MBazU

Une particularité locale ?
Le système de décompte destiné aux passages piétons : bonhomme rouge avec les secondes restant avant de pouvoir traverser… ou bonhomme vert avec celles restant avant de se faire écraser !

Bonhomme rouge… Patience ! ©MBazU

Une couleur ?
Le bleu schtroumpf, couleur des polos de notre uniforme !

Une fleur ?
Le jasmin… Il s’en cachait dans quelques coins de rues… Un bonheur le soir, en balade…

Un oiseau ?
Le pigeon, qui aime s’installer dans les moindres recoins de façades d’église. La France devrait vendre son procédé de « piques » à Séville pour ainsi empêcher que certains rejets naturels ne viennent souiller ces oeuvres magnifiques.

Un moyen de transport ?
La navette entre notre hôtel et celui de la Convention, qui partait parfois à l’heure, ou n’arrivait jamais certaines fois…

Un plaisir personnel ?
Une séance de 45 minutes de massage dans un magnifique hammam… J’ai doublé la mise en y retournant le dimanche suivant !

Une grosse dépense ?
Un ensemble de rejoneadora (torera à cheval). Boléro en laine coupé à la perfection, pantalon-jupe culotte dans la même matière… inimitable !

Une gourmandise ?
Le jamon !!!

Jamon, jamon ! ©MBazU

Une « tuerie » ?
Les churros à tremper dans le chocolat bien chaud et bien épais…

©MBazU

La boisson du séjour ?
Le Fanta citron…

Une boisson alcoolisée ?
Le mojito de l’hôtel Eme…

©MBazU

L’apprentissage le plus corsé ?
Ouvrir un éventail d’un coup sec…

Une « claque » architecturale ?
La place d’Espagne…

Place d’Espagne ©MBazU

Une odeur ?
Celle du crottin des chevaux tirant les fameuses calèches sévillanes…

©MBazU

Un sport ?
La marche à pieds…

Un parfum ?
« Psychédélique » de Jovoy, auquel est venu se joindre « Vitriol d’Oeillet » de Serge Lutens.

Une lecture ?
La Newsletter quotidienne de la Convention…

Le mot-clé ?
ZE « top » !

Une torture ?
Le port simultané du talkie-walkie (et son oreillette côté droit), de l’intercom (et son casque côté gauche), du micro-secours et de la pochette magique.

Un moment magique ?
La procession de la Macarena, la Vierge de Séville, un dimanche soir, tard. Silences, lumières et foi…

©MBazU

Un morceau de musique ?
« Baby I’m Yours » (feat. Irfane), de Breakbot…

Un souvenir télévisuel ?
« Le Patient Anglais » doublé en espagnol…

Une photo « gag » ?
Celle d’un garage, situé à deux pas de notre hôtel, et dont l’on pourrait croire que l’heureux propriétaire n’est autre que Carlos Tavares, le n°2 de Renault…

©MBazU

Un émerveillement ?
Le marché de Noël, à proximité de la Cathédrale, où les éléments de crèche les plus variés sont légion…

Le petit Jesus dans toutes les tailles... ©MBazU

Une dernière envie ?
Celle de revenir à Séville, très vite !

Été-Automne 2011

Quand la météo se fait folle, que l’exercice du brushing qu’on-n’a-jamais-le-temps-de-faire devient une punition, que l’épi devient épineux… Voilà le temps de faire le grand ménage capillaire !

Une idée qui me trottait dans la tête depuis quelques semaines, et qui d’un coup de fil à mon salon de coiffure préféré a pris vie…

Ou comment se sentir légère et pétulante !
Voilà MA tendance version été-automne 2011…

Merci à Betty pour son coup de ciseau impeccable… Et pour les ami(e)s enthousiastes avant… Et après !

20110827-095959.jpg