Mes BazarEnvies – juillet 2020

Bon, c’était écrit : se donner régulièrement rendez-vous ici, chaque mois, pour vous partager mes envies du moment (du mois !), c’est bien, mais c’est mieux quand on respecte le calendrier. Désolée pour ce retard à causes multiples, mais me voilà de retour avec la liste des 9 « je te veux » de juillet. Une fois encore, c’est assez varié (j’ai même intégré un brin de nourriture !) et c’est vient du cœur ! Deux précisions : vu que nous sommes le 6 juillet, j’ai déjà craqué sur certaines BazarEnvies (ce qui prouve bien que ce n’est pas une liste pour « faire genre ») ; mais je vous dirai lesquelles. J’ai également privilégié la simplicité et intégré le lien marchand au descriptif produit et son prix. Et puis, je vous fait un rapide bilan des BazarEnvies de juin en fin d’article, histoire de faire un suivi de mes écrits.

Catalogue de l’exposition « Christo et Jeanne-Claude, Paris ! » – Centre Pompidou

Photo ©Centre Pompidou

Le « rat » de musée que je suis n’achète pas systématiquement le catalogue des nombreuses expositions que je visite. Parce que je n’ai hélas pas la place, chez moi, pour les accumuler. Mais parfois, je ne peux résister. Et avant même de me rendre à l’exposition consacrée à Christo et son épouse Jeanne-Claude au Centre Pompidou, j’avais déjà décidé de ramener ce gros bouquin à la maison. Car l’œuvre de Christo m’a touchée dès mon plus jeune âge, mes 13 ans plus exactement, quand il emballa le Pont-Neuf. Je n’étais pas encore sensible à l’art contemporain, mais j’avais immédiatement capté toute la poésie du concept qui l’a fait connaître au monde entier. Bien entendu, l’exposition qui se tient actuellement au Centre Pompidou consacre une grande place aux dix années nécessaires pour faire de ce projet une réalité. Mais pas que. On découvre que l’artiste n’était pas qu’un emballeur, et que son coup de crayon était d’une géniale précision. Et que son histoire d’amour avec Jeanne-Claude, fille de la noblesse française, est un pur conte de fée qui aura nourri toute la poésie de son parcours artistique. A côté des nombreuses photos, croquis, maquettes et empaquetages présentés au 6e étage du musée, il y a Christo in Paris, ce documentaire de près d’une heure consacré au couple et au fameux projet du Pont-Neuf soumis à de multiples obstacles. On ne voit pas le temps passer, comme fasciné par ces jumeaux (ils sont tous deux nés le 13 juin 1935) qui ne font qu’un, bataillant à chaque minute avec une élégance déconcertante. Le catalogue revient sur tout cela, bien sûr, et ne manque pas de nous donner rendez-vous du 18 septembre au 3 octobre 2021 pour l’emballement de l’Arc de Triomphe, un projet dont Christo, disparu le 31 mai , ne verra pas la consécration (son épouse est elle décédée en novembre 2009).
M’étant rendue à l’exposition le 2 juillet dernier (je vous prépare un article plus complet), le catalogue est déjà dans ma collection, bien sûr…
39,90 € le catalogue (260 pages).

Concrètes Fleur d’oranger, santal et vanille – Nolença

Photo ©LisaRaio

Celles et ceux qui me suivent sur Instagram savent que je suis une grande amatrice de parfums, quasi exclusivment de niche, et qu’il y a un peu plus d’un an, je suis littéralement tombée sous le charme de Nolença, une marque jeune, moderne et éco-friendly, créée par Anaïs et Laurie. Sur les 5 parfums de leur collection, j’en possède trois, dont deux en grande taille (le gourmand Rosca Amettla et le délicat Swing Feather). Fan de la première heure, j’ai regardé Nolença grandir, s’allier avec d’autres jolies marques pour des collaborations d’enfer, et eu la chance de participer aux prémices du Club Nolença. Le désir d’Anaïs et de Laurie était de présenter en avant-première leurs futures concrètes (parfums solides sous forme de baume), qu’elles comptaient sortir cet été et soumettre auparavant à l’avis de quelques perfumistas volontaires. Le concept de la concrète, c’est découvrir une autre façon de se parfumer, nomade et à même la peau, permettant également de jouer avec le senteurs en superposant le baume avec l’un des parfums de la collection. Depuis, la Covid-19 est passée par là, mais les filles de Nolença n’ont pas renoncé : elles ont donc lancé il y a quelques jours une prévente via Kiss Kiss Bank Bank pour financer la production. Sur les six concrètes créées par le « nez » Serge de Oliveira, les votes du Club Nolença se sont prononcés sur trois must-have : la fleur d’oranger, le santal et la vanille, qui sont donc proposés en prévente jusqu’au 24 juillet. Et comme les Nolença Girls sont les championnes des collaborations, vous trouverez plein d’options possibles et imaginables pour égayer votre achat. J’ai déjà participé en offrant à ma maman le Kit Découverte des cinq parfums « liquides »… et choisissant pour moi le Coffret Summer Beauty (concrète santal + parfum DDD en 15 ml + la crème de jour version voyage de la subliiiiiiiime marque On The Wild Side). J’espère sincèrement que la campagne de Nolença sera un grand succès, car Anaïs et Laurie ont un talent fou, une passion enthousiaste de ce qu’elles font, et l’ambition de faire aimer le beau parfum sans nous ruiner. Go, girls !
Contributions à partir de 10 € (la mienne, décrite plus haut, est à 45 €).

Maracuja Tinted Hydrator – Tarte

Photo ©SephoraFrance

Toujours à la recherche de produits de teint légers, pas plâtreux et si possible embellisseurs, je tombe parfois sur de jolies promesses. Et c’est en me baladant chez Sephora que j’ai découvert que la marque Tarte venait de sortir une crème teintée très fluide, qui pourrait éventuellement répondre à tous mes critères. Je possède déjà quelques produits Tarte, dont leur fameux anti-cernes Shape Tape. Les textures teint sont souvent assez épaisses de prime abord, mais elles se fondent très bien à l’application. Niveau teinte, Tarte est l’une des rares marques où la référence la plus claire (la 10N), l’est trop pour moi… sauf pour le Maracuja Tinted Hydrator ! Son fini est tout en transparence et très naturel, un chouïa glowy pour être dans la tendance. Même si elle composée d’huile de maracuja, d’acide hyaluronique (le Graal !), de collagène (vegan !) de curcuma et d’aloe vera, cette crème teintée n’est pas non plus un modèle de « clean beauty », mais pour ce style de produit, je ne suis pas bégueule.
29,90 € les 30 ml (ma teinte est le 10N Fair Neutral).

Gelée nettoyante visage – Seasonly

Photo ©Seasonly

C’est par leur soin de jour personnalisé que j’ai découvert Seasonly, à ses tous débuts. Je trouvais génial de pouvoir personnaliser sa crème de jour en fonction de ses propres besoins, que la formule de base évolue selon les saisons (car oui, ma peau est sensible aux changements de températures et d’humidité) et que cela soit géré par un abonnement. Depuis, j’ai découvert d’autres produits de la marque, dont leur très chouette huile démaquillante (composée d’huiles de carthame, coco et calendula). Et quand on est une adepte du double nettoyage et que Seasonly sort un gelée nettoyante pour accompagner son huile, qu’est-ce que je fais ? Je coche dans mes BazarEnvies ! En deuxième étape de nettoyage, cette gelée a pour but de débarrasser la peau des dernières traces de maquillage/sueur/pollution/crème solaire qu’auraient pu laisser l’huile, tout en la purifiant et l’apaisant. Ici encore, l’extrait de fleur de calendula est mis en avant pour ses vertus anti-inflammatoires. Si je garde, bien sûr, mon combo magique (et haut de gamme) composé de l’huile démaquillante On The Wild Side et du nettoyant African Botanics, ce nouveau duo signé Seasonly est une bonne alternative pour les jours où mon visage est en mode « léger ». Pour info, je fait partie des #SeasonlySisters, un programme qui me permet de pouvoir tester gracieusement de nouveaux produits. Celui-ci a par contre bien été acheté jeudi dernier.
22 € les 100 ml

Manchego à la truffe – Fromagerie Au lait cru


Ciel ! Mais que vient faire un fromage dans cette sélection quasi « girly » ? Ma foi, on peut aimer les belles et bonnes choses pour se vêtir, se pomponner, se parfumer… et se nourrir ! J’ai un peu triché sur cette sélection, car je l’ai déjà testé et validé il y a quelques semaines. Mais ce fromage est tellement délicieux et addictif que malgré la météo estivale, je n’ai qu’une envie : en racheter. Déjà adepte du manchego et de son goût légèrement piquant et bien sec (je mange même la croûte, c’est dire !), voilà qu’on y ajoute des brisures de truffe noire. Autant vous dire que cela sent le péché au propre comme au figuré, et que cela se déguste comme ça, sans rien, si ce n’est un bon vin. Je le trouve Au lait cru, une fromagerie à deux pas de chez moi, où il y a un choix dithyrambique, que l’on soit un adepte des grands classiques, ou un aventurier du goût.
44,70 € le kilo (une belle tranche comme sur la photo revient à 6,50 €).
Au Lait cru, 114 rue Ordener Paris 18e (fermé les dimanches et lundis)

Wake up curl Day 2 – Cut By Fred

Photo ©OhMyCream

Mes cheveux et moi, c’est une longue histoire de « je t’aime, moi non plus ». Raides comme des baguettes pendant près de 40 ans, ils ont d’un seul coup décidé de devenir ondulés, voire bouclés à certains endroits (merci les hormones !). Et ainsi, pendant plus de 5 ans, j’ai combattu cette nouvelle texture en me lissant régulièrement les cheveux, déjà bien fragilisés par leur extrême finesse naturelle. Il m’a fallu une visite chez un coiffeur pour réaliser que si, les cheveux ondulés étaient gérables, mais qu’il fallait y mettre du sien. Tout d’abord dormir avec une taie d’oreiller en soie ou en satin (pour ne pas casser les fibres et les fameuses boucles). Que l’aloe vera était mon meilleur ami en soin post-shampoing. Et qu’il fallait cultiver ce cadeau de Dame Nature avec des produits coiffants légers mais performants. Déjà utilisatrice de plusieurs soins de la marque vegan Cut By Fred (shampoing solide, masque et crème hydratante pour les boucles) découverte chez Oh My Cream, ce spray spécifiquement dédié aux jours sans shampoing me fait forcément de l’œil. Hydratant, il est composé d’eau de fleur d’oranger, de glycérine, d’extrait de vitamine C, de fleur d’hibiscus et promet de conserver le rebondi des boucles entre deux lavages. Je compte d’ailleurs vous parler bientôt (sans doute sur Instagram) de ma routine cheveux adoptée depuis le confinement !
23 € les 100 ml.

Masque de protection « collector » Jean-Paul Gaultier – Sidaction

Photo ©Sidaction

Je sais. Le sujet des masques est en passe d’être démodé (en tout cas, c’est ce que l’on constate dans les rues de Paris, et même dans les lieux où il est normalement obligatoire). Mais voilà, tant qu’il y a un doute, je préfère rester sur mes gardes et protéger mon prochain. Dans la lignée des masques achetés (ou offerts) depuis la fin du confinement, j’ai trouvé par le plus grand des hasards celui dessiné par Jean-Paul Gaultier himself. Nouvellement nommé ambassadeur de Sidaction auprès de Line Renaud, notre génial créateur en a profité pour proposer 1 000 masques à la vente sur le site de l’association : un clin d’œil à sa mythique marinière avec une immense bouche lipstickée comme la vie d’avant ! Le masque est vendu 12 €, et les bénéfices tirés de sa vente seront reversés à Sidaction. Je me fait donc une joie d’être « lookée comme jamais » par JPG, au profit d’une bonne cause, en prime.
12 € l’unité.

Oud Tobacco – Montale

Photo ©MonBazarUnlimited

Si vous vous intéressez un peu aux parfums, la maison Montale vous parlera forcément… et cela vous fera peut-être un peu peur qu’une de leurs créations soit dans mes BazarEnvies. Car Montale est réputée pour ses parfums très capiteux, pas vraiment discrets, où l’oud a souvent une place de choix. J’ai d’ailleurs plusieurs parfums de la marque dans ma collection, dont un superbe Cuir Oud d’Arabie, absolument importable seul (imaginez une peau de bête tout juste dépecée, chaude et sanguinolente…). Fumeuse de cigares, je suis forcément attirée par les notes de tabac. J’ai craqué il y a quelques semaines sur une partie de la collection Tobacco de Zara Homme. Et cette fois-ci, je suis tombée sous le charme d’Oud Tobacco, dernier arrivé de la Maison. C’est un parfum surprenant car contrairement à ses aînés, il n’est pas du tout linéaire. Il évolue, avec beaucoup de finesse, entre les notes de tonka et de tabac. Forcément, cela rappelle le fameux Amsterdamer, ce tabac de pipe absolument addictif. Mais Oud Tobacco va plus loin qu’une simple dualité. Les épices sont présentes, mais sur ma peau, c’est surtout le cumin qui vient taper la conversation. L’encens est également bien présent, tout comme cette fine note de fleur d’oranger qui donne son coup de fraîcheur. L’oud est presque aux abonnés absents, ou plutôt en veille, comme un chien de garde, sans bouger une oreille. C’est un parfum qui m’a vraiment surprise de la part de Montale, et qui me fait clairement très envie !
55 € les 50 ml. 105 € les 100 ml.
Également disponible dans un format Coffret à 75 € composé de 3 parfums de votre choix (cela peut être le même !) en format 20 ml.

Schnock #35 – La Tengo Éditions

Visuel ©LaTengoEditions

Je termine cette longue liste par une revue que j’aime par dessus tout, et qui sort déjà son 35e numéro. Schnock, qui parait tous les trois mois, est un véritable bonbon à lire, une plongée dans les souvenirs, mais pas dans un esprit « c’était mieux avant ». Plutôt un retour en arrière qui vous rappelle un temps que les moins de 20 ans ne pourraient plus connaître, agrémenté d’histoires méconnues, de dévoilements de coulisses qui font rire et réfléchir.
A chaque numéro de cette revue dédiée aux « Vieux de 27 à 87 ans », un dossier-phare, qui fait la « Une ». Cette fois-ci, ce sont les Bronzés. On y trouvera une interview de Patrice Leconte, une autre de Josiane Balasko. Et puis, cela parle aussi musique, avec Corine, de feu Téléphone. Du magazine Lui. Et ne croyez pas que ce soit rédigé à la « pouet pouet ». Qui écrit dans Schnock possède une plume à vous faire vibrer ce morceau de cerveau souvent resté endormi, en vous emballant (sans danger !) le palpitant.
Je n’ai pas raté un numéro depuis le premier (avec, en couverture, Jean-Pierre Marielle, notre héros devant l’Eternel !), et j’espère bien que la collection ne va jamais cesser de s’agrandir…
15,50 € dans toutes les bonnes librairies !

Et si je faisais un point sur le mois dernier ?

Vous aurez compris que tout ce qui est coché en vert est acheté et déjà approuvé !
Je vais essayer de vous faire un retour sur le nettoyant African Botanics, vraiment super.
Les lunettes Polette, j’en suis plus que ravie…
Le sérum Copper de The Ordinary est dans ma routine de soins depuis moins d’un mois ; je vais donc attendre un peu pour vous faire une retour, mais pour le moment je le supporte très bien.
J’ai bien téléchargé le guide de Caroline Hirons et je suis loin de l’avoir terminé : c’est un mine d’infos !
Quant au Lip tint de Victoria Beckham, il tient toutes ses promesses, mais je ne peux, masque oblige, le porter très souvent.
Une seul croix rouge : le bronzer de Charlotte Tilbury vraiment pas à mon goût. Très épais, trop mat, à la tonalité soit trop claire (quasi beige), soit trop foncée. Mais je pense avoir trouvé mon bonheur chez Chanel
L’huile de savon de Buly et le sac Saku Saku sont remis à plus tard (peut-être ce mois-ci).
Quant au 1+1 Folia de la Revue Nez, il a pris un peu de retard à la livraison. Je l’attends avec impatience !

Tout ce qui figure dans cette liste d’envies est libre de toute publicité. Ce sont des coups de cœur personnels, guidés par mes goûts hétéroclites. Il est d’ailleurs possible que je fasse l’impasse sur certains… Mon budget reste limité !

Et vous, qu'en dites-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :